Articles,  Passe à l'action,  Réflexions personnelles

L’optimisme s’apprend

Pour mon premier article, j’ai choisi de te partager ma première lecture dans la catégorie du développement personnel. Il s’agit du livre « la force de l’optimisme » de Martin Seligman. Ce dernier est chercheur et professeur en psychologie et est mondialement reconnu. Il a fondé la psychologie positive en 1998 lors du congrès annuel de l’association américaine de psychologie dont il était président. Ça met déjà les bases ; l’auteur n’est pas n’importe qui dans le monde de la psychologie ! 
La lecture de cet ouvrage a été une réelle révélation pour moi et m’a ouvert l’esprit sur un monde dont j’ignorais encore l’existence : la pensée positive. J’ai alors compris que mes pensées créaient ma réalité ; immense découverte dans ma vie ! Cet ouvrage m’a également ouvert les yeux sur le fait que j’étais plutôt dotée de « la force du PESSIMISME » ! Mince ! Heureusement, ce n’est pas une fatalité et l’auteur nous donne les clefs pour changer.

Ce qui m’a vraiment plu dans ce livre, c’est qu’en plus d’une lecture, il y a une grande partie pratique. En effet, en plus d’exemples concrets et d’explications, il y a plusieurs questionnaires à choix multiples (je vous rassure, bien loin de simples tests de magazine) ainsi que des exercices pour nous aider à augmenter notre niveau d’optimisme.
Les questionnaires permettent de diagnostiquer notre niveau d’optimisme/pessimisme et trois notions sont introduites : la permanence, la généralisation et la personnalisation. Il est expliqué qu’un optimiste aura tendance à croire que les évènements positifs dureront longtemps (permanence), qu’ils concernent de nombreux aspects de sa vie (généralisation) et qu’il en est responsable totalement ou en grande partie (personnalisation). Il pensera l’inverse des évènements négatifs. En ce qui concerne le pessimiste, il a tendance a avoir un raisonnement inverse. Par exemple, lors d’un évènement négatif, il pensera qu’il en est le seul responsable etc. Pour moi, ces tests ont mis à jour que lors d’évènements négatifs, je généralisais cela à la plupart des aspects de ma vie et que j’avais l’impression que ça durerait pour toujours. Bon ok, je personnalisais aussi. Wouaïe ! Ça m’a fait mal !
À la suite de ces questionnaires, l’auteur explique l’influence de l’optimisme dans différents aspects de la vie : à l’école, dans le sport, au travail, pour notre santé et même pour les hommes politiques lors des élections. Il y traite également l’optimisme en famille avec un test pour mesurer l’optimisme/pessimisme de nos enfants. Après avoir lu cela, il était impossible pour moi de ne plus vouloir changer. J’avais envie de l’énergie du positivisme. J’avais envie de voir la vie sous un autre jour plutôt que comme une bataille perpétuelle ; une vie remplie de personnes prêtent à me faire tomber, à se moquer de moi ! Ça fait mal d’écrire ça car je me rends compte à quel point ce n’était pas réaliste !
S’en suit la dernière partie du livre, la cerise sur le gâteau. Celle qui va nous aider à changer, à s’améliorer, à tout simplement avoir une vie plus paisible. Cette partie nous apprend, par des exercices, l’art de mener un combat intérieur. L’auteur nous donne des pistes pour améliorer notre discussion interne. On y apprend entre autre l’art de la réfutation ou comment déconstruire la théorie toute bien faite dans notre tête que notre patron est énervé sur NOUS. On se dit plutôt qu’en fait, il a d’autres chats à fouetter, qu’il a eu un problème avec sa voiture, ses enfants, qu’il s’est levé du mauvais pied etc. Je dois dire que c’est assez sympa à faire et ça m’a aidé à prendre du recul et à dépersonnaliser les causes des évènements négatifs de ma vie. D’autres pépites s’y trouvent 🙂 Bien évidemment si on veut un changement concret dans sa vie, il faut pratiquer.

Aujourd’hui, j’ai pu augmenter mon niveau d’optimisme et je continue à appliquer ce que j’ai appris. Bien sûr, des fois je n’y arrive pas mais j’en prends conscience et ça c’est déjà top ! Je ne peux que t’encourager à lire cette ouvrage qui m’a grandement aidé à évoluer 🙂

Ce que je retiens de ce livre est que l’on peut changer. Le premier pas vers le changement est la prise de conscience.
« […] Les revers et les tragédies de la vie épargnent aussi peu l’optimiste que le pessimiste. La seule différente entre les deux est que le premier, au lieu de baisser les bras et de sombrer dans la dépression, se relève et part à l’attaque. »(Martin Seligman, La force de l’optimisme, POCKET, 2017)

14 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *